2979 visites

Bookmark kezako ?

Matin triste

Vital Heurtebize

Les arbres noirs de l’avenue
Ont des pauvres gestes d’effroi
Au matin brumeux sous le froid
Qui torture leur âme nue...

Huit heures sonnent au beffroi :
Les piétinements de cohue
Tirent à dia, tirent à hue
Leur lot d’ennui et de bon droit

L’autobus vert, sur le bitume
Gris, grince... crisse... siffle... et fume,
Au signal de l’Autorité.

Et, fidèle à son coin d’asphalte,
Le crieur de service exalte
La vie en passage clouté.


Powered by SPIP