408 visites

Bookmark kezako ?

La complainte de Rutebeuf

Rutebeuf

Que sont mes amis devenus
Que j’avais de si près tenus
Et tant aimés ?
Je crois qu’ils sont trop clair semés ;
Ils ne furent pas bien soignés,
Ils sont partis.
De tels amis m’ont maltraité
Que, tant que Dieu m’a assailli
De tous côtés,
N’en vis un seul en ma maison.
Je crois que le vent les m’a ôtés,
L’amour est morte :
Ce sont amis que vent emporte,
Et il ventait devant ma porte,
Sont emportés.

Ainsi jamais nul ne me réconforta
Ni ne m’apporta de son bien.
Voici ce que cela m’apprend :
Ce que l’on a, ami le prend ;
Et l’on se repent trop tard
D’avoir trop dépensé
De son avoir pour se faire des amis,
Car il ne les trouve ni entièrement ni à demi
À le secourir
Maintenant je laisserai faire la Fortune
Et veillerai à me secourir moi-même
Si je puis le faire.


Powered by SPIP