8242 visites

Bookmark kezako ?

Compte rendu sportif de poésie

Jean Cocteau

Un mot vient de prendre la tête. Un verbe le suit de près et oblige à la pose du point final. Mais non ! Mais non ! Une simple lettre accourt vaincre la majuscule. Le point se sauve. Dans une échappée magnifique une virgule remonte. Le vide ne bouge pas au centre. Aussitôt le mot de tête l’a vu. Il ne se trouvait pas où il devait être. Il pousse les syllabes à une manœuvre tournante qui se change en offensive, offensive à laquelle personne ne pouvait s’attendre et qui oblige le rejet* à perdre l’équilibre. Il tombe, entraînant toute la strophe dans sa chute. Véritable bagarre d’où le mot supprimé s’élance et détermine les autres à se relever et à se précipiter avant que le mot de tête ne s’en aperçoive. Le mot supprimé passe à gauche et l’arbitre annonce un coup franc au bénéfice d’une rime qui semblait faiblir. Elle retrouve sa forme. Malheureusement elle passe trop haut et la reprise entraîne les adjectifs qui attendaient de jouer un rôle dans la partie.

* rejet : procédé de versification consistant à repousser d’un vers au suivant, pour l’isoler et le mettre en relief au moyen du rythme, un membre de phrase que le sens rattache au vers précédent.
Exemple :
Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?

Documents

Get the Flash Player to see this player.

 Compte rendu sportif de la poésie

Powered by SPIP